Bénéfices clés

Informer les professionnels libéraux sur les anticancéreux oraux
Optimiser la prise en charge du patient
Assurer la continuité des soins du patient

Le nombre d’anticancéreux par voie orale sur le marché est en forte augmentation ces dernières années. Ces thérapies transforment la prise en charge des patients puisqu’elles ont des avantages importants notamment la réduction de leurs venues à l’hôpital. Néanmoins, leur utilisation est complexe et leurs effets indésirables sont multiples. Afin d’assurer la continuité des soins et d’améliorer la qualité de suivi des patients sous chimiothérapie oral, le projet d’expérimentation article 51 Thérapies Orales prévoit la mise en place d’un accompagnement du patient tout au long de son traitement. En effet, le projet consiste en l’organisation pour les patients traités par anticancéreux oraux d’un circuit pluriprofessionnel ville-hôpital. Le parcours débute à l’hôpital puis tend vers une prise en charge en ville hospitalo-guidée en lien avec le pharmacien d’officine.

 

En Auvergne-Rhône-Alpes, 14 sites participent au projet d’article 51 et sont repartis en 2 phases. La première phase dite phase pilote a débuté en octobre 2021 et terminera en septembre 2022. Les établissement impliqués sont le Centre Hospitalier de Vienne, le Centre Hospitalier de Bourgoin-Jallieu, le Centre Léon Bérard et les Hospices Civils de Lyon. La seconde phase aussi appelée phase d’expérimentation implique 7 sites : le Centre Jean Perrin, le CH d’Aubenas, le CH de Bourg-en-Bresse, le CH de Montélimar, le CH de Romans, le CH de Valence, l’Hôpital Privé Drôme-Ardèche. Cette phase débutera le 1er octobre 2022 et durera 24 mois.

  • Objectifs

Les objectifs de l’article 51 sont multiples. Ce projet va permettre d’améliorer l’observance au traitement, prévenir et gérer les effets indésirables et les interactions médicamenteuses.  Il est également attendu une amélioration de l’efficacité des traitements et de la tolérance des traitements.
De plus, si l’expérimentation permet d’en démontrer un bénéfice, l’enjeu majeur de l’article 51 sera le passage en droit commun du suivi ville-hôpital pour les patients sous chimiothérapie orale à domicile.

  • Rôle des pharmaciens d’officine

Le projet d’article 51 Thérapies Orales est un projet innovant qui propose un accompagnement renforcé aux patients en lien avec la pharmacie d’officine. Le pharmacien d’officine est l’acteur clé de ce parcours. Il sert à la fois de principal point de contact physique pour le patient et assure en lien avec le pharmacien hospitalier un suivi de l’observance, des effets indésirables et des interactions médicamenteuses. De plus, il est en lien avec l’IDEC au cours de toute la durée du suivi de du patient.

L’échange de données de santé entre la ville et l’hôpital devant être sécurisé, l’outil MonSisra permettra aux professionnels impliqués dans le parcours d’assurer la confidentialité et la traçabilité des données échangées tout en garantissant une utilisation rapide et facile.

Indicateurs

33 mois d’expérimentation
45 sites hospitaliers concernés au niveau national
15 000 patients pourront bénéficier de ce suivi au niveau national

Contact

Maïlys

ETCHEVERRY

Cheffe de projet